A propos

Thierry CRIGNON

Vous souhaitez me contacter, vous pouvez le faire par le formulaire de courrier électronique. Je

Recevoir mon livre

Ambre dissous : Les petits secrets de Blockx

La première fois, que j’ai entendue parler de l’ambre à peindre, c’est en lisant, un livre écrit par Salvador DALí, 50 ambre dissoussecrets magiques :

DALI considérait l’ambre dissous comme une substance miraculeuse : « Mes trente cinq ans d’expériences de peintre m’ont convaincu que c’est une erreur de mélanger n’importe quel vernis ou dissolvant aux huiles précieuses de vos couches ; le seul véhicule vraiment indispensable que, pour la première fois[…] je me permets d’appeler sublime, c’est l’ambre jaune liquide. » (Extrait de 50 secrets magiques de DALI aux éditions DENOËL – 1974).


Les maîtres flamands des XVème et XVIème siècles étaient parvenus à dissoudre l’ambre pour en faire des médiums et vernis qui conféraient à leurs œuvres une extraordinaire inaltérabilité. 

L’ambre fut fortement utilisé par les grands maîtres flamands du XVI et XVIIéme siècle (Van Dyck, Rubens, etc…) puis repris par les grands peintres contemporains (Dali, Magritte, etc…).
La plus grande difficulté, aujourd’hui à propos de l’ambre, c’est, comment l’utiliser.
Car oui, aucun artiste n’a laissé sa recette, par contre tous ceux qui l’ont utilisé n’en font que son éloge, aussi en terme d’utilisation et confort qu’en terme de rendu et de protection de leurs œuvres.
Parfois, des artistes contemporains vendent d’ailleurs plus leur technique que leurs œuvres en elles même.
La dureté, l’éclat, la couleur qui est propre à l’ambre, le classent au premier rang des corps résineux. 
C’est la société Blockx qui retrouva la technique pour dissoudre l’ambre sans en altérer ni les qualités, ni sa couleur.
ambre-dissous-_imagesia-com_t5a6_large
Il existe une autre société qui fabrique de l’ambre dissoute, aux USA, mais le produit, n’est pas vendu en France.
L’ambre dissous forme avec l’huile qui lui sert de véhicule un produit essentiellement gras et élastique qui ne se décompose pas. Après sa solidification, il devient corné et non pas cassant, ni friable. 
Comment utiliser l’ambre.
Comme, je vous l’ai dit ci-dessus, aucun artiste n’a voulu transmettre sa recette. Et après avoir pris contact, avec la direction de Blockx à ce sujet, je me suis aperçu quand réalité, il n’existait pas une recette, mais des recettes, autant de recettes que d’artistes.

L’ambre dissous, c’est cher.

Il est vrai que si vous empâtez un maximum sur vos toiles, alors là oui vous avez raison, l’ambre, c’est cher.
Mais si vous faites partie des peintres qui peignent tout en douceur, les hyperréalistes par exemple, là, je pense que l’utilisation de l’ambre, peut-être un véritable atout.
J’ai calculé, que le coût de l’utilisation de l’ambre se monte à environ 10 € au mètre carré.
Mais si nous partons du principe que vous n’êtes pas obligé de vernis après, le coût d’un vernis est, lui aussi, environ 10 € le mètre carré.

L’ambre dissous , comment ça fonctionne

L’important, c’est de comprendre le fonctionnement de l’ambre, pour créer votre propre recette.
Le principe de l’ambre en gros, c’est qu’elle a la particularité, d’enrober chaque particule de pigment, et donc de la protéger, mais aussi, d’en augmenter sa luminosité.
L’ambre oblige au complet respect de la fameuse règle de  » gras sur maigre « .
L’ambre convient tant à l’élaboration des fonds que des couches supérieures et rend inutile tout vernissage de l’œuvre achevée.
Mélangé aux couleurs, l’ambre modifie leur consistance et leur aspect, les teintes transparentes deviennent diaphanes, les terres de Sienne brûlée ou le bleu de Cobalt, qui sont des couleurs translucides, deviennent semi-transparentes, tandis que les tons opaques, comme le blanc de titane, paraissent plus clairs et plus lumineux.
Cette luminosité de l’ambre est due à son grand indice de réfraction et au fait qu’il resserre les pigments, concentrant ainsi leur intensité colorée.

L’ambre : Blockx nous dit

Que l’ambre ait été employé sous forme de vernis ou sous forme de solution, il constituera un médium idéal rendant superflu tout vernissage, en constituant une protection en épaisseur et définitive. 
Sur les tableaux peints à l’huile pure, l’ambre peut être utilisé comme vernis aussitôt que les couleurs sont sèches au point de ne pas être endommagées par la brosse. Il pénétrera alors la couche de peinture et fera corps avec elle. 
Un tableau verni à l’ambre n’est pas exposé aux dégâts qu’entraîne le dévernissage. Lorsque la couche d’ambre s’est complètement durcie, on ne peut l’entamer par le frottement, ni l’attaquer par les dissolvants.
On peut sans inconvénient repeindre un tableau peint ou verni à l’ambre.

Voici ma recette à vous de la modifier en fonction de vos attentes.

Je prépare le Médium suivant :
Ici, je suis sur un médium gras, qui séchera relativement lentement.
1 volume de térébenthine de Venise
1 volume d’huile de lin
1 volume d’essence de térébenthine
1/3 de volume d’ambre dissoute.
Je rajoute quelques gouttes d’essence d’aspic
La térébenthine de Venise procure à ce médium, la résine nécessaire, je dirai même indispensable. L’essence d’aspic est moins volatile que l’essence de térébenthine, elle est idéale pour les médiums à prise lente.
A ce médium préparé, je rajoute, un volume d’essence de térébenthine pour la couche primaire.
Et je rajoute, à ce médium, 1/3 de volume d’huile polymérisée pour la partie finale.
 
Attention, ce médium est un médium gras, que j’utilise quand je fais de la peinture réaliste, voire hyperréaliste, mais surtout pas en empâtement, car vous auriez des problèmes rapidement à cause des temps de séchage dû à l’essence d’aspic et dans un second temps à l’huile de lin polymérisée.
La mise en œuvre de l’ambre demande une véritable alchimie, les dosages des différents composants – térébenthine, copal, aspic, ambre, etc.…- sont de véritables secrets qui demandent de la part de l’artiste une concentration et une rigueur incomparables.
 

Thierry

5 thoughts on “Ambre dissous : Les petits secrets de Blockx

  1. Selon une hypothèse, Jan van Eyck n’aurait pas utilisé de l’ambre :
    http://peindre-vrai.fr/le-secret-des-van-eyck/
    La recette du dit médium (danger : ne pas utiliser de feu nu !) est là:
    http://blog-bjl.bjl-multimedia.fr/les-grands-contributeurs-contemporains-de-la-peinture-a-lhuile/
    Et, là, une étude du vernis à l’ambre qui ne semble pas très positive :
    http://www.atelier-des-fontaines.com/christian-vibert/articles.php?lng=fr&pg=648
    N’ayant pas testé je n’ai aucun avis là-dessus…

    1. Bonjour … J’aimerais en savoir plus sur la recette de l’ambre dissous … Je vous demande s’il s’agit d’une extraction au solvant à haute température … Cette déclaration provient de Blockx ??

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

Nabismag will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.